Accueil/Nos conseils/Les 10 règles de base de l’orthographe française

Les 10 règles de base de l’orthographe française

Lire, écrire…, telles sont les choses que nous apprenons depuis la maternelle. Puis, à partir du CP, nous avons le calcul, la lecture, l’orthographe avec les dictées et enfin l’écriture. Nous avons commencé à découvrir le vocabulaire que nous enrichissons au fur et à mesure des années, car sa complexité est l’une des caractéristiques de la langue française.

C’est pour dire que la langue française à l’oral comme à l’écrit fait partie intégrante de notre vie en société. C’est un outil de communication incontournable qui reflète la pensée d’une personne. Parler ou s’exprimer correctement et sans faute donne aux autres une bonne ou mauvaise image de soi.

Mais, pourquoi est-il nécessaire de revoir les fondamentaux de la langue française ? Pour quelle raison faut-il maîtriser le français ? En effet, au fil des dernières années, à cause de l’ère numérique, le langage SMS a réussi à conquérir un large public, plus particulièrement des jeunes.

Par l’avènement du téléphone mobile, qui a fait naître le SMS, le cyberlangage a beaucoup impacté l’écriture standard. Ainsi, on écrit rarement des mots, des phrases en entier. Pour améliorer notre français, que ce soit pour des raisons personnelles ou professionnelles, il est essentiel d’apprendre de nouveau les 10 règles de base de l’orthographe française ci-après.

 

1- Accord des verbes

Les verbes s’accordent toujours avec le sujet !

La meilleure façon de trouver le sujet c’est de poser les questions suivantes : Qui est-ce qui? Ou Qu’est-ce qui? avec le verbe.


Exemples :

– Le chien mange. Qui est-ce qui mange? La réponse : C’est le chien qui mange.

– Nathalie fait ses devoirs. Qui est-ce qui fait ses devoirs ? La réponse : C’est Nathalie qui fait ses devoirs.


Conseils :

Faites attention en cas de doubles sujets

Exemple :

– Ma tante et moi marcherons ; le sujet ici c’est : ma tante et moi

Après le 1er pronom personnel du singulier « je », le verbe prend toujours un « s », sauf dans les cas suivants : je veux, je peux et je vaux.

Exemple :

Je pars, je travaille, je bois, je dors

Après tu, le verbe prend toujours un «s», sauf dans les cas tu vaux, tu peux.

Exemple :

Tu crois, tu loues, tu cours

Pour le 3ème pronom personnel du singulier « il », le verbe ne prend jamais de «s».

Exemple :

Il recule, il nage, il dort.

À noter que les verbes qui se terminent par «a» à la 3ème personne du singulier du passé simple et du futur ne prennent jamais «t» comme terminaison.

A noter : qu’il y a 3 groupes pour les verbes. Les règles ci-dessus sont conditionnées par le groupe du verbe. Chaque groupe a des spécificités.

Exemple :

Chercher verbe du 1er groupe / Finir verbe du 2nd groupe / Croire verbe du 3ème groupe.

 

2- Certains mots prennent toujours « s » à la fin

Adverbes

Néanmoins, volontiers, ailleurs, d’ailleurs, après, dehors, dessous, dessus, moins, parfois, puis, quelquefois, toujours, dedans, longtemps, alors.

Prépositions

Vers, Envers.

Substantifs et adjectifs

Velours, talus, concours, repas, corps, frais, cours, discours, puits, fois, jus, lilas, mois, parcours, pardessus, pays, plusieurs, poids, pois, progrès, secours, souris, succès, temps, univers, brebis, décès, printemps.

Conjonctions
Tandis que, dès que.

 

3- Les mots qui se terminent par le son « o » peuvent s’écrire comme « op », « aud », « aut », « os », « ot », « o », « au », « aux », « eau »

Quelques exemples :

« ot » : idiot, lotto , chariot, escargot, haricot, tricot
« eau »: gâteau, taureau, flambeau, chevreau, chameau, niveau, oiseau
« yau » : tuyau, noyau, boyau, joyau

 

4- Accord des nombres : vingt, cent et mille

Accord de vingt : Vingt prend un “s” si et seulement si, il est multiplié par un autre chiffre et dans le cas où il n’est pas suivi d’un autre nombre.

Exemple : trois-cent-quatre-vingts

Accord de mille : Mille reste toujours invariable, sauf pour la mesure appelée « mille marin », dans ce cas, il prend un « s » au pluriel.

Accord de cent : Cent est en accord si et seulement si, il n’est suivi d’aucun chiffre.

Exemple : trois cents

Oui, mais ce petit paquet de cent, si on en prend deux, évidemment, il devient pluriel, et, c’est logique, il prend un -s : deux cents. Même chose et même chanson pour vingt : quatre-vingts !

 

5- « Leur » ou « Leurs »

Astuces : « Leur » est un pronom invariable si on peut le remplacer par « lui »

Exemple de « Leur » suivi d’un nom :

Je leur offre des vêtements. Je lui offre des vêtements.
Je leur donne des ordres. Je lui donne des ordres.

Exemple de « Leur » suivi d’un verbe :

Leur chien est perdu
Leur voisin est accidenté

« Leur » n’a pas de féminin. On ne dit jamais « Leure ».
« Leur » s’accorde lorsqu’il n’est pas possible de le remplacer par « lui »

Exemple :

Leurs invités sont déjà dans le hall d’entrée (on ne peut pas dire « lui » invités sont déjà dans le hall d’entrée.

Comme pronom possessif, « leur » s’accorde lorsqu’il est précédé de « les, le, la…».


Exemple :

Elles ont tout de suite repéré les leurs.

A retenir !

« Leur » s’accorde en nombre, mais en revanche, il ne s’accorde pas en genre.

 

6- Comment faire la différence entre les homophones ce et se/ c’est et s’est

Savez-vous comment choisir entre ce ou se ou entre c’est ou s’est ?

Si vous pouvez conjuguer, alors pouvez choisir « se » ou «  s’ ».

Je me/ Je m’
Tu te/Tu t’
Il se/ Il s’

Exemple :

Julie s’habille (Je m’habille, tu t’habilles, il s’habille…). Thibault s’est égaré (Je me suis égaré, tu t’es égaré, il s’est égaré…).

Si vous ne pouvez pas conjuguer, alors pouvez choisir « ce » ou «  c’ ».

Exemple :

Cet animal : Ces animaux ; C’est la personne : Ce sont les personnes

 

7- Tout/ tous/ toutes/toutes

Tout ou tous : « Tout » placé devant un nom est un déterminant.

Exemple :

Tout salarié montrera son badge (chaque salarié)

Devant un verbe, le pronom « tout » change. Il devient « tous » au masculin et toute(s) au féminin et pluriel.

Exemple :

N’ayez aucun souci pour les meubles, tout sera remis à sa place. N’ayez aucun souci pour les meubles, tous seront remis à leur place.

« Tout » reste invariable devant une voyelle. En revanche, il se met au féminin « toute » et prend le même nombre que l’adjectif lorsqu’il précède un adjectif féminin (pluriel si l’adjectif est au pluriel) qui commence par une consonne ou un ‘h’ aspiré l’adverbe.

Lorsque « Tout » précède un adjectif masculin, il devient invariable

Exemple :

Ils sont tout affolés.

 

8- Accord des adjectifs

L’adjectif apporte une qualification précise au nom auquel il se rapporte.

Exemples :

Une personne excentrique, des chaussures propres, une belle fille, un homme formidable, un cahier en petit format

Une belle maison (Qui est belle ?) La maison.

 

9- Quand utilise-t-on « quand » ou « qu’elle »

Quelle ou qu’elle ? Le tee-shirt qu’elle m’a donné n’est pas adapté à ma taille. J’adore cette glace, qu’elle est délicieuse. Quelle grande maison avez-vous, elle est si belle ! A quelle heure pourrions-nous discuter ? Quelle jolie gourmette m’avez-vous offerte !
Quel, quels, quelle, quelles sont suivis d’un nom (masculin ou féminin, singulier ou pluriel)

Exemple :

Quel beau paysage ! Quelle magnifique décoration ! Quelle agréable journée !

Qu’elle et qu’elles sont suivies d’un verbe

Exemple :

Ne la laissent pas manger tous ces gâteaux. Je sais qu’elle est diabétique.

 

10- Les noms en « oir », « oire »

Les noms masculins ne prennent par « oir »

Exemple :

un désespoir, un perchoir, un trottoir, un manoir

Les noms féminins se terminent toujours par -oire.

Exemple :

une bouilloire, une victoire, une trajectoire

 

Aujourd’hui nous allons nous arrêter avec ces 10 règles de l’orthographe française. Nous vous accordons le temps de bien les assimiler avant de voir la suite. Nous vous donnons rendez-vous prochainement pour de nouveaux articles !

Pour plus d’informations sur les formations de Clic Campus, n’hésitez pas à nous contacter à l’aide du formulaire ci-dessous !

> S’inscrire à une formation gratuite

Qu'avez-vous pensé de ce cours ?